Press about us

3 November 2011
La Russie propose de l’aide à l’UE

03.11.2011

Le Figaro (France) 


Alexeï Moisse?ev, VTB Capital:

La Russie semble vouloir imiter la Chine en offrant son aide ? l’Union européenne dans sa lutte contre la crise de la dette. Selon Arkadi Dvorkovitch, conseiller ?conomique du pr?sident Medvedev, la Russie envisage de le faire via le FMI et, ?ventuellement, des accords bilat?raux avec les pays membres de l’UE. M. Dvorkovitch a ?galement indiqu? que cette aide devrait d?passer les 7,3 milliards d’euros. Ce montant, très symbolique et qui ne suffit même pas ? fournir une des tranches de l’aide internationale ? la Gr?ce (la prochaine tranche, approuv?e le 21 octobre, devrait atteindre les 8 milliards d’euros), doit davantage ?tre consid?r? comme un geste politique.

Cependant, m?me l’aspect politique paraît important. La r?cente volatilit? des march?s financiers, due en grande partie aux doutes qui planent sur la stabilit? des finances des gouvernements europ?ens, a eu des r?percussions importantes sur les ?conomies ?mergentes, y compris la Russie. Depuis le d?but du mois d’août, la baisse des prises de risque et la fuite vers la qualit? ont quasiment ferm? les march?s financiers russes aux nouveaux emprunteurs, et ce n’est que maintenant que les ?metteurs essayent de les rouvrir. De plus, au moment où les craintes ?taient les plus s?rieuses, le rouble a perdu 15% de sa valeur et les taux d’int?r?t domestiques ont augment? de 1,5 ? 2%. La situation s’est am?lior?e depuis, mais cette embellie n’est que le r?sultat du meilleur climat qui r?gne sur les march?s en Europe depuis l’adoption, dimanche dernier, d’un nouveau plan. La d?t?rioration des march?s en Russie a d?montr? ? quel point le pays est li? au reste de l’Europe et au monde. C’est pourquoi l’empressement du gouvernement russe ? aider leFonds europ?en de stabilit? financi?re est en fait un geste pour assurer la stabilit? de ses march?s financiers int?rieurs.

N?anmoins, le montant peu ?lev? montre que la capacit? de la Russie ? fournir une telle aide est limit?e, et ce pour deux raisons. Premi?rement, contrairement ? la Banque centrale, le gouvernement russe a d?pens? la plupart de ses ?conomies ? aider le pays ? sortir de la crise de ces derni?res ann?es. Ses deux fonds – le Fonds de r?serve et le Fonds de prosp?rit? nationale – ne disposent d?sormais que d’un peu plus de 73 milliards d’euros, et les chances que cet argent soit de nouveau n?cessaire en cas de chute des prix du p?trole sont assez ?lev?es. Deuxi?mement, le gouvernement veut clairement garantir la s?curit? de tous les financements accord?s ? l’Europe. Injecter des fonds suppl?mentaires au FMI semble donc ?tre la meilleure solution. Ce n’est peut-?tre pas non plus une co?ncidence si Christine Lagarde, la directrice g?n?rale du Fonds, doit se rendre ? Moscou le 7 novembre, probablement pour r?gler les d?tails de cette transaction. La Russie d?fend diff?rents int?r?ts politiques en Europe, du renforcement de son influence dans les pays de l’ex-URSS aux exportations d’?nergie. Il semble toutefois que la Russie, contrairement ? la Chine, n’aurait pas l’intention de se montrer intraitable sur le sujet et pr?f?rerait montrer sa bonne volont? dans d’autres domaines.

Il se pourrait toutefois que la Russie joue un rôle bien plus important dans le financement du fonds de sauvetage de l’Union europ?enne si une meilleure infrastructure est mise en place. La moiti? seulement des 380 milliards d’euros et des r?serves de la Banque centrale russe sont en euros. Elle investit g?n?ralement ses r?serves dan s des obligations hautement liquides et not?es AAA. Par cons?quent, s’il devait exister des obligations communes de l’Eurosyst?me, il se pourrait que la Banque centrale russe en ach?te de grandes quantit?s. N?anmoins, les chances d’?mission de telles obligations sont d?sormais tr?s minces, il est donc fort probable que la participation de la Russie dans le financement du Fonds europ?en de stabilisation financi?re restera assez restreinte et se limitera ? des transactions bilat?rales ou li?es au FMI.


Corporate Communications VTB Capital